Code de la route hongrois

Le code de la route hongrois comporte quelques obligations particulières que les conducteurs Français, installés en Hongrie ou de passage, doivent connaître. Il ne s’agit ici que des règles concernant les véhicules légers.

Les autoroutes sont payantes en Hongrie. Le règlement se fait au moyen de vignettes (matrica) de durée variable en vente notamment dans les stations-services ou par internet sur le site : http://www.autopalyamatrica.hu/ (consultable en anglais et allemand également).

Hors agglomération, les véhicules sont tenus de circuler avec leurs feux de croisement (codes) allumés.

En cas d’infraction les fonctionnaires de police (« Rendörség ») dressent un P.V. de contravention auquel est joint un titre informatisé de paiement (document de couleur jaune) permettant le règlement sans frais dans tout bureau de poste. Aucun règlement en espèces n’est susceptible d’être accepté par les policiers.

Infractions au code de la route

Depuis le 1er juillet 2011, une amende doit être payée sur le champ pour les infractions suivantes :

- excès de vitesse,
- non port de la ceinture de sécurité,
- conduite en sens interdit,
- conduite en état d’ivresse (Attention : TOLÉRANCE ZÉRO en matière d’alcoolémie au volant, un taux de 0g/l est de rigueur pour tout conducteur).

Depuis le 20 janvier 2008, la modification du code de la route hongrois oblige dorénavant les policiers à retirer sur le champ le permis de conduire de toute personne dont le contrôle d’alcoolémie s’avère positif.

Les autorités seront en mesure d’infliger, sans attendre l’établissement d’un arrêt écrit, une amende dont le montant peut aller de 200.000 à 400.000 forints.

Le véhicule pourra être retenu par les autorités jusqu’au paiement de ladite amende.

Les autorités informeront par écrit le conducteur contrevenant en hongrois, en anglais, en allemand ou en russe du montant de l’amende à payer, de l’endroit où le véhicule sera retenu, de l’itinéraire à suivre pour parvenir à cet endroit, et des dispositions légales liées à la procédure.

En cas de rétention du véhicule, la carte grise doit être remise aux autorités, en échange d’une attestation remise au conducteur et établissant qu’elle est désormais entre les mains des autorités, valant pour la durée de la rétention prévue.

Au cas où la carte grise établie par des autorités étrangères n’est pas récupérée dans les trois jours suivant la durée de la rétention prévue, celle-ci sera envoyée à l’autorité l’ayant originellement délivrée.

Équipements de sécurité du véhicule

Le véhicule doit être équipé :

- d’un triangle de signalisation ;
- d’une trousse de secours complète et à jour, que l’on peut acheter en pharmacie ou dans les stations-services (attention à la date de péremption) ;
- d’une boîte d’ampoules de rechange.

Le port du gilet fluorescent est obligatoire de nuit lorsque le conducteur ou un passager doit sortir suite à un accident ou à un souci mécanique. Pour autant, l’absence de gilet dans le véhicule n’est pas une infraction.

Immatriculation hongroise

Le véhicule doit obligatoirement être immatriculé en Hongrie lorsque son propriétaire ou son conducteur a déclaré une adresse en Hongrie.

En cas d’infraction, la carte grise et les plaques d’immatriculation peuvent être saisies (mais pas le véhicule), et une amende de 30.000 HUF à 300.000 HUF peut être prononcée.

En cas d’amende suite à un excès de vitesse les photos prises peuvent être visionnées sur le site : https://kozigbirsag.police.hu/.

Garantie du paiement des amendes

Les véhicules immatriculés à l’étranger peuvent être immobilisés jusqu’au paiement des amendes dues, y compris les amendes dues antérieurement.

Attention, le fichier national des amendes prend en compte les personnes, et non pas les véhicules : un conducteur redevable d’une ancienne amende peut voir son véhicule immobilisé, même s’il a entretemps changé de véhicule.

Une consignation (même système qu’en France) peut être prise immédiatement en garantie du paiement de l’amende. Attention, la consignation vaut acceptation de l’infraction : il ne sera dès lors plus possible de contester l’infraction devant un tribunal.

Dernière modification : 18/01/2017

Haut de page